BD : petite histoire

La bande-dessinée à la bibliothèque c’est une histoire qui commence en 1982, année du TPFE des étudiants Philippe Szechter et Gérard Tirel. Son titre : l’architecture à travers la bande-dessinée. Le premier sur le thème au sein d’une école d’architecture.
Philippe et Gérard ne trouvent pas grand-chose dans nos rayons pour alimenter leur propos : trois livres seulement sur le sujet, tous curieusement achetés en décembre (1975, 1981, 1982). Comme si la bibliothécaire avait hésité longuement avant d’accepter l’idée de voir Superman et Little Nemo sur les étagères aux côtés de Corbu et Scarpa…. Allez, il me reste un peu de sous en fin d’année, j’ose !
Et encore ces livres ne sont pas des BD mais des études historiques sur le genre que l’on commençait tout juste à qualifier de 9° art.
Il faut attendre 1985 et l’exposition organisée par l’IFA (Institut français d’architecture) « Architectures de bande dessinée » pour qu’enfin les BD gagnent une légitimité : la bibliothèque achète cette année du Moebius, du Schuiten, et du Bilal. Comme toutes les autres bibliothèques des ensa d’ailleurs
Et on s’arrête là. Pendant presque 20 ans, plus aucun achat à part les désormais incontournables Bilal / Christin et Peeters / Schuiten, références ultimes de tous les archis des années 80-90, pour leurs visions rétro-futuristes et post-apocalyptiques de la ville
Le basculement a lieu en 2010, l’année de la seconde exposition de l’IFA, (devenu entre-temps Cité de l’architecture), « Archi et BD, la ville dessinée » : cette fois, ça y est, c’est le déclic. Le rayon BD s’étoffe, d’autant plus que le nombre des parutions nettement ciblées « archi-urba » ne cesse de croître ; et que les étudiants nous conseillent activement dans nos achats.
La liste des 59 bandes dessinée (et romans graphiques) ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut